Archives par étiquette : jeunesse

En attendant l’atterrissage

Début mai 1995, Jacques Chirac est élu président de la République. Près quatorze ans de présidence socialiste se sont écoulés, entrecoupés par deux périodes de cohabitation avant que la droite ne reprenne en main l’exécutif.

Les Inrockuptibles ont neuf ans d’existence. En mars, ils sont devenus un hebdomadaire culturel. En kiosque chaque mercredi, l’ancien fanzine conçu comme la concrétisation de rêves d’adolescents, l’ancien bimestriel puis mensuel, sérieux et austère – Trop de couleur distrait le spectateur[1] dit son slogan – s’est fait une place au soleil sur le marché de la presse magazine musicale. Avec ses longs entretiens, ses chroniques de disques qui explorent les catalogues des principaux labels indépendants, Les Inrocks ont trouvé leur lectorat. Préparé depuis trois ans[2], le passage à l’hebdo est risqué mais réfléchi. La mue du titre suit le tempo de la vie politique. Elle fait son entrée dans Les Inrocks hebdo de façon progressive : A. Viviant couvre la campagne électorale dans les premiers numéros de mars[3], C. Fevret et S. Bourmeau enregistrent huit heures d’entretien avec l’homme qui ne sera ni candidat, ni président : M. Rocard. Photographié dans son imper taché de pluie par R. Depardon, l’homme qui est en couverture des Inrockuptibles en mai 1995, booste la nouvelle formule. Avec des ventes exceptionnelles (50 000 exemplaires), des extraits de l’entretien repris dans la presse quotidienne nationale, c’est le numéro de la consécration.

Souvenez-vous. Le grand thème de la campagne électorale c’est celui de la fracture sociale. La formule que le candidat Chirac a emprunté à E. Todd fait mouche ; elle lui permet de se détacher du candidat Balladur en se positionnant à droite certes, mais une droite qui se veut moins hautaine et distante, une droite sociale, soucieuse de ceux d’en bas. La fracture sociale n’a plus ni bruit, ni odeur[4]. Elle recouvre des réalités assez élastiques dans le discours politique du candidat : des mots mis sur des maux (chômage, banlieues, précarité, relégation territoriale, économique et sociale, grande pauvreté, SDF etc) mais aussi cette faille entre les élites politiques, intellectuelles et médiatiques jugées incapables de percevoir ou de rendre compte de la montée des inégalités sociales.

C’est dans ce contexte politique modifié que s’ouvre comme chaque année à la fin du mois de mai, le festival de Cannes. Trois films français sont en compétition officielle. N’oublie pas que tu vas mourir de X. Beauvois, La cité des enfants perdus de M. Caro et J.-P. Genet sont les deux premiers. Le troisième percute de façon explosive l’air du temps : dans un noir et blanc inattendu mais maitrisé, il propose un récit dramatique qui entremêle certains aspects de la fracture sociale. Il enveloppe d’images soignées, de dialogues percutants, de trajectoires de vie bouleversées un slogan déjà devenu galvaudé. Ce film s’intitule La Haine. Entre effet de dévoilement et vision prophétique, il est signé M. Kassovitz, qui est en couverture du n°12 des Inrockuptibles[5].

Kassovitz, celui qu’on attendait …

Depuis le début des années 90, le monsieur cinéma des Inrockuptibles, S. Kaganski ronge son frein. De Los Angeles où il est installé, il chronique pour le mensuel quelques créations cinématographiques d’un genre nouveau que l’on affilie aujourd’hui à la Hoodploitation[6]. La première à retenir l’attention du journaliste est signée J. Singleton, et s’intitule Boyz’n the hood (automne 1991, pour la sortie française). La seconde, Menace II Society, est l’œuvre d’une phratrie, réalisée par Albert et Allen Hughes, elle sort aux Etats-Unis en mai 1993. Qu’est-ce qui intéresse tant S. Kaganski dans ces films de gangs, comptant le désespoir et la violence des ghettos afro-américains d’Outre-Atlantique ? D’abord, leur valeur d’authenticité jugée supérieure à une enquête journalistique. Le critique s’arrête notamment sur les dialogues qui retranscrivent, selon lui, une réalité brute, sans artifice, au sein même de l’usine à rêves hollywoodienne :

« Fuck ! Nigger ! Sonovabitch ! Mother Fucker ! Yo bitch ! I’m fucking Hungry ! Yo nigga ! I’m gonna fuckin’ kill you, mother fucker ! I’m gonna fucking fuck you, fuck ! »

Quelques extraits du dialogue de Menace II Society, premier film des jumeaux Allen et Albert Hughes […] Menace II Society est un film d’un réalisme terrifiant, un regard implacable sur une société tout ce qu’il y a de plus vraie et concrète.[7]

Mais ce n’est pas leur seul atout. Depuis le début des années 90, Les Inrockuptibles suivent pas à pas la façon dont les artistes issus de la communauté afro-américaine perçoivent les évolutions politiques en cours. Quelles soient rappeuse (Queen Latifah) ou romancière (Toni Morrison), qu’ils soient MC (Q-Tip), porte-parole et leader d’un groupe (Speech) ou cinéastes (Spike Lee), le magazine leur tend régulièrement le micro pour recueillir leur ressenti, leur vision de la société et interroger leurs intentions politiques. Leurs mots ont d’autant plus d’intérêt que le sujet est vif. En avril 1992, suite à l’acquittement des policiers du NAPD qui ont passé à tabac R. King à Los Angeles, South Central, quartier relégué de la ville dont la victime est originaire, peuplé essentiellement de Latinos et d’Afro-Américains, connaît plusieurs jours d’émeutes.

Ce retour de flamme violent et traumatique qui replonge les Etats-Unis trente ans en arrière, a été prophétisé par le réalisateur Spike Lee dans son film Do the right thing (1989). Le cinéaste-producteur y filme l’implosion d’un quartier de Brooklyn à la suite d’une bavure policière ayant entrainé le décès d’un membre de la communauté Afro-Américaine du quartier. Militant, Spike Lee, réactive le débat sur la condition noire-américaine en sortant en 1993 un biopic éponyme sur Malcolm X. Le générique du film est une puissante interpellation politique : il mélange des images de la vidéo amateur du passage à tabac de R. King, avec celles de la bannière étoilée se consumant au rythme d’un discours du militant radical. Quand la combustion s’achève seul un gigantesque X aux couleurs de l’emblème national subsiste.

Par conséquent, ce cinéma qui traite des questions sociales et politiques vives se pare de bien des vertus. Et S. Kaganski de désespérer de voir un jour le même type de film se tourner en France :

Il n’y a que l’Amérique pour produire des cinéastes de vingt ans qui réussissent des films crédibles sur les réalités les plus urgentes de leurs quotidiens. Où sont nos chefs d’œuvres sur les banlieues, les S.D.F., le foulard islamique dans les lycées, l’intégration des beurs ? Pour parler de la jeunesse ou du désarroi de nos temps il n’y aurait donc que des éducateurs (Brisseau) ou de faux jeunes confits dans leurs bons mots ? Pour un Collard, un Khan, combien de Métisse, de Fils du requin, de ces films aux intentions louables mais aux résultats demi-sel qui n’émoustillent que Cosmopolitain ? Les Anglais ont Loach, Frears, Leigh, les Américains ont Singleton et les frères Hughes.[8]

La présentation de La Haine à Cannes, est un signe de la providence. M. Kassovitz serait-il le Spike Lee français ? Il a repris quelques idées à son confrère américain. Déjà, son premier film, Métisse, n’était pas sans rappeler She’s gotta have it (Nola Darling n’en fait qu’à sa tête) réalisé par S. Lee en 1986 autour des amours non exclusives d’une jeune femme. La Haine fait aussi quelques clins d’œil appuyés au cinéaste américain : le générique compile des images d’archives montrant des affrontements entre des jeunes et la police en banlieue sur fond de reggae revendicatif, le récit s’inscrit dans une unité de temps, de lieu et d’action, la dramaturgie se noue autour d’une bavure policière etc. Le film trouve aussi son propre ton : un noir et blanc qui met une certaine distance avec la réalité, un trio d’acteurs neuf et talentueux qui débitent leurs répliques comme un rappeur ses punchlines, et une mise en récit d’un épisode bien ancré dans l’actualité hexagonale. En effet, La Haine construit son intrigue à partir de la mort de Makomé M’Bowolé survenue en 1993 dans un commissariat parisien qu’elle transpose dans l’univers d’une cité de banlieue dans laquelle déambulent trois jeunes (Vinz, Hub et Saïd). Leur destin se scelle en une journée au cours de laquelle les violences policières font monter la tension entre les habitants et la police : la chute est lente, l’atterrissage est fatal, sans rémission.

La Haine reçoit le prix de la mise en scène à Cannes. Il est temps pour S. Kaganski et S. Blumenfeld de publier l’entretien effectué avec M. Kassovitz. A l’heure où l’on parle de fracture sociale, mais aussi de possibles triomphes du Front National aux prochaines élections municipales de juin dans le sud de la France, les deux responsables des pages cinéma de l’hebdomadaire tiennent avec ce film-choc une puissante grille de lecture et de questionnement de ce qui secoue la société française depuis les années quatre-vingt. C’est en tous cas ce qu’ils laissent entendre :

La Haine, authentique brûlot ou film mode ? Son réalisateur Mathieu Kassovitz a quoi qu’il en soit le mérite de décoincer le cinéma français en y inscrivant la colère, les rêves, les attitudes, et le langage de ceux qui étaient caricaturés par le petit écran – mais absent du grand.[9]

Mais qui nous échappe

Intitulé Le clash l’entretien ne prend toutefois pas la forme d’une confrontation. Il ressemble plutôt à un jeu du chat et de la souris, ou à une tentative réitérée mais vaine de se saisir d’une savonnette. Dans un premier temps, S. Blumenfeld et S. Kaganski tentent de préciser le sujet du film (film sur la banlieue ? sur une bavure policière ?) et de le resituer dans une généalogie cinématographique à l’aide de quelques questions : Pensais-tu à la façon dont le cinéma américain empoigne la matière sociale et contemporaine sans complexe, sans restriction et sans retard ? La Haine semble pourtant nourrie de références à des réalisateurs américains comme Scorsese ou Spike Lee ? Quand même, les films ancrés dans les ghettos et les cités sont essentiellement américains plutôt que français.[10] Puis, ils demandent des précisions sur les conditions du tournage, moment de confrontation entre deux univers opposés, qui pourraient illustrer précisément la fracture sociale qui gangrène la France. Le réalisateur doit préciser ses intentions ; la valeur d’authenticité de son film est questionnée dans la mesure où parisien et issu d’un milieu social très éloigné de celui qu’il filme, il faut éclaircir ce point. Les réponses du cinéaste sont parfois assez déconcertantes tant il semble prendre plaisir à contredire les attendus des journalistes. Le cinéaste récuse ainsi toute proximité avec ses confrères américains prenant à contrepied ses interlocuteurs :

Les Américains parlent mal des problèmes sociaux, il y a très peu de metteurs en scène qui ont réussi à faire de bons films sur la guerre du Vietnam ou sur les ghettos. Do the right thing est un film très intelligent mais, en même temps, il fait trop de spectacle : quand les mecs se prennent il y a le sang qui gicle, la musique, les violons, alors que quand tu te prends une balle, tu tombes par terre et c’est tout. [11]

Kassovitz défend sa légitimité à filmer en banlieue, explique ses partis pris en matière de lieu de tournage, de choix esthétiques, ou de montages financiers pour réaliser son film. On tient là une interview proche de ce qu’est son travail : un moment rythmé, déroutant parfois (un peu comme la scène avec Vincent Lindon), mais qui apporte aussi de quoi comprendre la fabrication de cette fiction et les enjeux qui la sous-tendent.

L’entretien est complété par deux autres papiers. Le premier est une critique du film, au sens classique du terme, signée O. de Bruyn qui peine à lui trouver quelques défauts et en fait un compte rendu plutôt élogieux. Le second assemble une série de courtes interviews avec la fine fleur du rap français (IAM, Sens Unik, Assassin, Ministère Amer) qui a participé à un disque en forme de side-project[12] commercialisé dans le sillage de La Haine. Recueillies par A.-C. Norot, E. Tellier et J.D Beauvallet, les interventions des rappeurs viennent souvent étayer l’idée selon laquelle le film et son réalisateur seraient les authentiques porte-voix des banlieues françaises. Ainsi, les marseillais de IAM qui ont participé à la compilation apportent leur caution au film :

Nous connaissons M. Kassovitz depuis nos débuts discographiques. […] Il a une vision juste des choses. Entre les deux tours de l’élection présidentielle les deux candidats nous ont demandé de jouer au cours de leurs meetings respectifs. […] Le film de Mathieu, lui échappe aux clichés, à la caricature, il parle d’un monde qu’il connaît bien et son langage est subtil. Son film marquera l’histoire car dans le cinéma français il nous manquait l’équivalent de Spike Lee, des histoires auxquelles se raccrocher lorsque tu as seize ans et que tu vis dans les quartiers. Maintenant il y aura un film qui nous ressemble.[13]

Dans d’autres titres de la presse magazine, le film bénéficie d’un accueil tout aussi favorable. Pas d’entretien dans les Cahiers du cinéma auxquels Mathieu Kassovitz a explicitement et de façon exclusive refusé une interview. Les trois acteurs du film sont pourtant en couverture du numéro Spécial Cannes du magazine en juin. T. Jousse livre une analyse très proche de celle des journalistes de Inrockuptibles comme le montre ce passage :

Que se passe-t-il dans les banlieues ? Question d’actualité qui est aussi une question de cinéma. C’est en tout cas celle à laquelle répond franchement Matthieu Kassovitz dans son second film, La Haine.

Histoire de paroles, de tension, d’errance à travers le parcours initiatique de trois type en plein cœur d’une cité en proie aux émeutes, La Haine ouvre une fenêtre stylisée sur une réalité française tout en s’inscrivant explicitement dans la descendance des cinéastes américains tels que Spike Lee ou Scorsese. En parallèle au film de Matthieu Kassovitz, représentant la France en compétition à Cannes, d’autres démarches se font jour, comme par exemple, celle de Jean-Francois Richet pour Etat des lieux…Les banlieues-films au banc d’essai.[14]

Dans Télérama, P. Murat loue à son tour le film[15]. Son confrère V. Rémy recueille les commentaires du réalisateur en un questionnement qui est très proche de celui des Inrocks (l’usage du noir et blanc, le sujet du film, la capacité de son réalisateur à parler d’un territoire dont il n’est pas issu, les conditions du tournage, les contraintes économiques qui l’ont accompagné – M. Kassovitz précise alors qu’il n’a pas bénéficié de l’avance sur recettes – ou encore les comparaisons avec les Etats-Unis constituent le canevas de l’interview).

Jusqu’ici tout va bien…

Je t’aime, moi non plus

Mais l’important, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage.

Il a lieu trois numéros plus tard dans Ping Pong, rubrique qui, aux Inrockuptibles, fait office de courrier des lecteurs. Et c’est Mathieu Kassovitz qui met le feu aux poudres avec une lettre ouverte adressée à S. Kaganski. Dans une argumentation pour le moins confuse, le cinéaste attaque le responsable des pages cinéma pour le titre mis en couverture, son appréciation du film de Caro et Jeunet La cité des enfants perdus publiée quelques numéros en amont celle de Télérama identique en tous points n’a pourtant pas suscité de réaction du réalisateur – ou encore son manque d’éthique. S’ensuit une réponse cinglante des deux journalistes, auteurs de l’entretien, qui se conclut par :

Vous avez fait un film sur les bavures policières mais votre lettre révèle votre véritable état d’esprit : celui d’un flic qui veut tout contrôler – les réactions des gens, celles de la presse, les articles sur les autres films etc. Heureusement pour la presse indépendante, vous êtes cinéaste et pas ministre de l’Intérieur. Sans Haine.[16]

Ce premier échange ouvre une boîte de Pandore, car, entre temps, La Haine est devenu un énorme succès cinématographique, un véritable phénomène de société sur lequel les médias se sont jetés. Grace à Télérama on sait qu’à la date du 20 juin 1995 (soit moins d’un mois après sa sortie) 800 000 personnes ont vu La Haine et le directeur de l’Ecran Saint-Denis de préciser :

Le public n’est pas le même que d’habitude : ce sont des jeunes qui viennent en bandes, pas forcément du même quartier. Mais la projection a un effet fédérateur. Ils applaudissent à la fin et ils discutent ensemble à la sortie. Il y a un vrai phénomène d’identification.[17]

Télérama tend d’ailleurs le micro à certains spectateurs pour percer les ressorts du phénomène. Le témoignage du directeur du cinéma de banlieue parisienne est complété par d’autres dont celui de Nadia, venue de Goussainville en talons aiguilles, mini jupe et coiffure afro au cinéma Pathé Wepler, place de Clichy. Elle est catégorique :

La Haine, c’est la vraie vie. C’est comme ça que ça se passe chez nous. Mais on n’a pas à parler aux journalistes. On n’est pas des bêtes de zoo. […] On ne s’attendait pas à ce que Vinz meure. On pensait que ça se terminerait bien. La drogue les flingues, on en voit circuler, et les bavures, il y en a. Mais le voir au cinéma c’est pas pareil. Ca fait réfléchir. Dans les deux sens[18]

Télérama signale, par ailleurs, que les enseignants transforment le film en outil pédagogique, y emmenant leurs classes. Cela n’empêche pas pour autant les dérapages qui nécessitent parfois, comme au Grand Rex à Paris, l’embauche de personnels de sécurité surnuméraires pour assurer le bon déroulement des séances.

Aux Inrockuptibles, la lettre de M. Kassovitz génère de nombreuses réactions. Le cinéaste est même pris à parti par certains de ses confrères, bien aidés par la rédaction de l’hebdomadaire qui ajoute des titres incendiaires aux courriers publiés. Laurent Perrin, cinéaste indépendant, qualifie son collègue de cinéaste épurateur, sa diatribe étant surplombée du titre Kassovitz nous les casse. Ahmed Bouchâala qui a présenté à Cannes en sélection parallèle son film Krim, glose sur l’ingratitude d’enfant gâté de M. Kassovitz et lui demande de le prévenir la prochaine fois [qu’il] refuse une couverture, des fois que le journal accepte de mettre [sa] photo à la place. La lettre du cinéaste est, elle aussi, chapeautée d’un titre très violent : La dictature de la haine. La rubrique Ping Pong s’anime jusqu’à la mi-juillet de réactions plus ou moins épidermiques. Ad nauseam.

 

Pourquoi tant de haine ?

Quelles réflexions peut-on amorcer à partir de cette séquence pour ponctuée de multiples rebondissements ? Je distinguerai celles qui concernent Les Inrockuptibles de celles qui touchent le film de M. Kassovitz.

L’épisode me semble assez significatif de la place que tient désormais le titre de presse dans le paysage médiatique français du milieu des années quatre-vingt-dix. Les Inrockuptibles sont devenus un magazine d’influence – est-ce pour cela que M. Kassovitz les a ciblés plutôt que Télérama qui a pourtant mené le même travail journalistique autour de son film ? – et ce, au-delà de leur pré carré d’origine. Nés sous la forme d’un fanzine pour défendre un style musical attaché à des modes de production, voire de distribution, spécifiques – ceux de l’indie-pop avec ses labels indépendants – le titre a progressivement élargi sa sphère de compétence. Le cinéma qu’il chronique depuis ses débuts, en fait assez tôt partie. L’actualité politique s’y est ajoutée avec le passage à l’hebdo. Par conséquent, La Haine qui croise les deux, est un morceau de choix pour l’hebdomadaire. Bientôt, Les Inrockuptibles se positionneront sur le terrain littéraire ; M. Weitzman et S. Bourmeau se chargent, en duo, d’appliquer à ce domaine le même traitement qu’aux autres : subjectivité, décalage, défrichage, mise en réseau. H. Guibert, P. Modiano, V. Despentes, L. Salvayre seront parmi les premiers auteurs choisis pour lancer les dispositifs prescriptifs des Inrockuptibles autour des deux grands moments de l’année que sont les rentrées littéraires de janvier et septembre.

Le film de M. Kassovitz suit un parcours médiatique assez classique de neutralisation qui en modifie la réception. Il vient au monde doté d’une force d’interpellation tellurique. Comme le dit P. Murat dans Télérama, le film réveille le spectateur assoupi dans les délices du conformisme[19]. Les Inrocks parlent volontiers de brûlot. La Haine arrive à point nommé pour décongeler le slogan de la campagne électorale de Jacques Chirac ; c’est un objet cinématographiquement vif qui revisite à l’écran – mais aussi dans les salles de cinéma où un public inhabituel se rue pour le voir – la fracture sociale avec la force dramatique d’une fiction totalement crédible dans ce qui la structure : la cité, son langage, ses codes, son enclavement dans l’espace urbain (le RER pour rentrer de Paris que loupent les trois jeunes), sa police (la BAC), sa débrouille (Darty, le recéleur, en est une incarnation), sa violence. La Haine travaille bien des aspects de la fracture sociale : entre les territoires, entre les niveaux et modes de vie, entre les générations, entre ceux qui accèdent et ceux qui restent en marge.

Le succès du film puis sa mue rapide en phénomène commercial et médiatique, avec le plus ou moins grand consentement de son auteur, permet de désactiver rapidement son pouvoir de critique du politique. Plusieurs lettres dans les pages Ping Pong des Inrockuptibles évoquent d’ailleurs, sur le mode de la déploration, ce glissement vers le mainstream, cet apprivoisement par le secteur marchand d’un objet cinématographique plutôt corrosif :

Je suis écœurée aussi parce que déjà La Haine échappe à son propos. La Haine devient mode. Je sais pourtant qu’une fois le film réalisé, distribué, il est lâché, il ne s’appartient plus mais je suis presque triste pour M. Kassovitz, les comédiens, les mecs et les nanas de la cité qui ont cru à l’honnêteté du film. J’imagine déjà les magazines qui vont afficher une « haine attitude », ce qu’il faut écouter, porter, dire pour faire partie du mouvement.[20]

Cet aspect de la trajectoire du film participe à sa disqualification. La Haine, réduit à un phénomène de mode et de merchandising ne peut plus incarner ce que l’on en attendait au départ. Pour satisfaire ses attentes, S. Kaganski se tourne dès début juillet vers une autre fiction, plus conforme à ses aspirations initiales ; il s’agit du film Etat des lieux, que J.-F. Richet et P. Dell’Isola ont tourné caméra à l’épaule. Cela dit, pour cerner la ligne éditoriale de l’hebdomadaire et mesurer sa nouvelle interactivité nichée dans les pages Ping Pong où se déclenche ce qu’on appelle aujourd’hui des buzz, l’épisode est intéressant. Il est aussi un beau poste d’observation de ces rencontres prisées des Inrockuptibles entre l’actualité et les productions culturelles qui transforment ces dernières en leviers pour nourrir réflexion et   critique sociale ou politique.

Je voudrais terminer ce billet sur un dégagement plus personnel. Quand le film de M. Kassovitz est sorti, j’enseignais dans un établissement difficile, un collège de mille élèves, coincé entre un terrain vague, une nationale, et l’énorme cité des 3000 à Aulnay Sous Bois. La Haine a été un marqueur puissant et inoubliable de notre fin d’année scolaire. D’abord parce que l’un des acteurs du film, Saïd Taghmaoui est un régional de l’étape. Il est vite devenu un « super héros » parmi nos collégien.ne.s, chacun assurant le connaître et l’avoir croisé récemment dans la cité. Beaucoup ont vu le film. J’ai emmené plusieurs classes le voir au cinéma à Paris (franchissement d’une frontière, téléportation en terre inconnue). Le ressenti des élèves était absolument incroyable à observer surtout que nous avions complété la séance par une visite de l’exposition des photos du film à la rotonde de Stalingrad. La mise à distance de ce que les élèves voyaient à l’écran était aussi mince que l’épaisseur d’une feuille de calque. La Haine, à n’en pas douter, produisait un discours de vérité, et cette vérité était le quotidien de ces gamin.e.s qui, mus par cette reconnaissance d’être enfin visibles, manifestaient une très forte empathie avec le film et ses personnages. La dérive commerciale qui a affecté la trajectoire de l’œuvre n’a pas réussi à en atténuer totalement la force.

Dix ans, plus tard, je travaillais encore dans cet établissement. Deux gamins d’une cité voisine de Clichy sous Bois perdent la vie quelques heures avant la rupture du jeûne, en plein mois de Ramadan, poursuivis par la police. Zyed Benna et Bouna Traoré périssent électrocutés dans un transformateur EDF. Clichy et Aulnay s’enflamment alors pendant plusieurs semaines. La presse, les hélicoptères, les nuits d’affrontement, des absents dans les classes au matin et une difficulté accrue à faire cours dans ce contexte apocalyptique. Il y avait à ce moment là une comparaison à mener avec South Central, L.A. dont L. Wacquant s’est emparée quelques temps plus tard[21].

Aulnay sous Bois, 2005. Crédits @Aulnaylibre.com

1995, La Haine. 2005, les émeutes. 2015, relaxe des policiers impliqués dans la poursuite ayant entrainé la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré. Cette succession d’évènements selon un rythme décennal a assuré une certaine postérité au film de Kassovitz qui se révèle totalement visionnaire. La permanence de l’actualité de La Haine est consubstantielle de celle des violences policières et de l’incapacité de la justice à en reconnaître les auteurs et les victimes. Le récent exemple du décès d’Adama Traoré n’est en qu’une nouvelle illustration.

En 2013, Ludivine Bantigny dans son ouvrage La France à l’heure du monde, évoquait le film de M. Kassovitz en ces termes :

En 1995, Mathieu Kassovitz transpose cette réalité dans un film d’une puissance désespérée : La Haine. Dès le générique sur fond de Bob Marley chantant les « uniformes de la brutalité », des policiers se préparent à l’affrontement, des jeunes leur lancent des pierres et d’autres sont frappés, des corps blessés sont trainés sur la chaussée : le film entier paraît crier vengeance. Les humiliations subies au quotidien engendrent les détestations réciproques.[22]

A l’été 2016, on en est encore là. Les temps de l’histoire, ses trois dernières décennies s’entrechoquent ou bégayent pour mieux souligner la prégnance d’une problématique qui gangrène les rapports sociaux. L’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage, et il n’est pas encore advenu.

[1] Cette maxime du cinéaste J. Tati servait de slogan au mensuel. On pouvait la lire en haut de la page présentant la rédaction des Inrocks.

[2] Différentes raisons expliquent cet aggiornamento : des questions d’ordre économique liées aux recettes publicitaires, le renouvellement de la rédaction avec l’arrivée de S. Bourmeau versé dans les sciences sociales de par sa formation, l’âge de la publication et la maturité des journalistes qui y travaillent désormais – ils ne sont plus les étudiants des débuts – ainsi que la légitimité dont bénéficie le titre taillée à coups d’importantes interviews et d’un style qui lui est propre. En outre, autour de fondateur C. Fevret et de S. Bourmeau, l’équipe des Inrocks travaille depuis 1992 à un projet de transformation du titre – baptisé le Zouave – qui peine à se concrétiser avant 1995.

[3] Il effectue trois reportages dans des meetings de campagne de Philippe de Villiers, Edouard Balladur et Lionel Jospin.

[4] En 1991, Jacques Chirac en déplacement à Orléans avait fait une sortie pour le moins outrancière et raciste pour illustrer la montée de la pauvreté en France, prenant comme contre exemple celui d’un père de famille,[avec] trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela.

[5] Les Inrockuptibles n° 11, du 31 mai au 6 juin 1995

[6] On peut traduire ce terme – créé à partir du titre d’un film emblématique de cette mouvance Boyz N’TheHood de J. Singleton (1991) – en cinéma des ghettos, un courant cinématographique où s’entrechoquaient l’iconographie gangsta, la culture reality rap et les aspérités de la chronique sociale. http://www.lesinrocks.com/2016/06/15/cinema/25-ans-apres-boyznthe-hood-toujours-emblematique-11846466/

[7] S. Kaganski, Niggers with attitude, Les Inrockuptibles n°52, janvier 1994, pp. 62-63, p. 62

[8] S. Kaganski, op. cit., p. 64

[9] S. Blumenfed, S. Kaganski, Le clash, Les Inrockuptibles n°12, du 31 mai au 6 juin 1995, pp. 14-18, p. 14

[10] S. Blumenfed, S. Kaganski, Le clash, Les Inrockuptibles n°12, du 31 mai au 6 juin 1995, pp. 14-18, p. 15

[11] Ibid.

[12] A.-C. Norot, E. Tellier, J.-D. Beauvallet, Ya d’la haine, Les Inrockuptibles n°12, du 31 mai au 6 juin 1995, pp. 20-22

 

[13] Ibid., p. 21

[14] T. Jousse, Prose combat, Cahiers du cinéma n°492, juin 1995, pp. 32-35, p. 32

[15] P. Murat, La Haine, Télérama n° 2368, du 3 au 9 juin 1995, pp. 40-42

[16] S. Blumenfeld, S. Kaganski, Ping pong, Les Inrockuptibles n° 15, du 21 au 27 juin 1995, p 8-9

[17] M.-E. Rouchy, La Haine partagée, Télérama n°2372, du 1er au 7 juillet 1995, pp. 24-27, p. 26

[18] Ibid., p. 25

[19] P. Murat, La Haine, Télérama n° 2368, du 3 au 9 juin 1995, pp. 40-42, p. 42

[20] Marjoleine, Ping Pong, Les Inrockuptibles n°13, du 7 au 13 juin 1995, p. 9

[21] L. Wacquant, Parias urbains, Paris, La Découverte, 2006, 331 p.

[22] Ibid., p. 327