Archives par étiquette : Fevret

Les ailes du papillon : les Inrocks au rythme hebdo

InrockH_8Once upon a time …

Pour qui veut conter la naissance des Inrockuptibles en mars 1986, s’extraire du storytelling angélique n’est pas toujours chose facile. Au mitan des années 90 et jusqu’aux dix ans du festival en 1998, la saga des Inrocks restituée par la presse ou par ses protagonistes s’apparente – parfois à juste titre d’ailleurs – à un conte de fée. Les publications commémoratives et « compilationnelles » des Inrockuptibles, contiennent des écrits qui entretiennent ce déroulé mythique de la fondation et de l’évolution de la revue. À titre d’exemple voici un extrait de l’éditorial du volume Les Inrockuptibles, 25 ans d’insoumission[1] signé Bernard Zekri. Celui-ci n’est pas anodin, car Bernard Zekri n’appartient pas à l’équipe historique des Inrockuptibles, mais bien à celle qui, sous la houlette de Matthieu Pigasse qui a racheté le titre en 2009, provoquant l’année suivante le départ de Christian Fevret. En dépit de ces divergences historiques, on lira dans cet extrait un récit qui s’approprie totalement celui livré par la 1ère génération de « journalistes »[2] du magazine :

«Voici un groupe de très jeunes gens qui, au début des années 80, se retrouvent autour d’une petite radio, CVS Versailles. Fanatiques de rock, ils veulent rencontrer les groupes qui les font rêver, les découvrir en profondeur, prendre au sérieux cette musique que méprisent encore les médias institutionnels. Ils passent de la radio à un fanzine, du fanzine à un bimestriel, du bimestriel à un mensuel. C’est une revue, c’est une œuvre, ce n’est pas encore un journal. Cela le deviendra sous la forme d’un hebdomadaire. »

Ici, les rôles principaux sont tenus par de jeunes étudiants de la banlieue ouest de Paris passionnés de pop anglaise, qui, pour tromper leur ennui, animent des émissions sur la bande FM, récemment affranchie du monopole étatique par le gouvernement socialiste arrivé au pouvoir en 1981. Dans cet espace radiophonique où s’épanouissent anciennes radios pirates et nouvelles radios libres, Christian Fevret peut à loisir prendre le contrepied de la presse musicale d’alors largement inféodée à l’industrie du disque, aux intérêts mercantiles et publicitaires. Pourquoi ne pas prolonger l’émission de radio par un magazine ? Il semble que l’idée soit déjà présente. Avec Arnaud Deverre, Serge Kaganski et Bruno Gaston, ils seront les Eliott Ness de la presse musicale rock, ils seront les Inrockuptibles. C’est Jean-Marie Durand, cousin de Christian Fevret qui, en un trait d’esprit fulgurant, invente le terme.

Le vent de liberté qui a soufflé sur la bande FM disparait rapidement[3]. Cette première partie des années 80 est quand même riche de possibilités. Dans l’espace public, les cartes attribuant les rôles de chacun sont largement rebattues. Par exemple, Bernard Tapie, star montante du moment, évolue à la fois dans la sphère économique et médiatique, celle du politique ne lui est pas inaccessible. A la télévision, il se présente sans être toujours contredit, comme un modèle de réussite entrepreneuriale alors que la mise en scène de ses apparitions télévisuelles le hisse au rang de star du cinématographe ou de la musique. Pour attester de ce mélange des genres, il enregistre en 1985 un 45 tours dont le titre, Réussir sa vie, ne laisse pas d’équivoque. Yves Montand, longtemps engagé auprès du Parti Communiste, investit également le petit écran. En 1984, il exhorte les français à ne pas devenir des assistés : Vive la Crise ! clame-t-il en écho au numéro spécial du quotidien Libération, que chacun prenne des initiatives ! En France, il y a alors plus de 2 millions de chômeurs. Les prés carrés professionnels, politiques, médiatiques et artistiques traditionnels sont bousculés, les frontières deviennent poreuses ou s’affaissent visiblement.

Les amateurs de rock naviguent aussi en eaux troubles. Certes, ils peuvent laisser libre cours à leurs envies et leur créativité en faisant fructifier l’héritage punk du Do It Yourself  : le fanzine, ce moyen peu coûteux à la portée du plus grand nombre de pratiquer un journalisme amateur et subjectif est bien présent dans le monde de la musique pop-rock contribuant vraisemblablement à lui éviter la sclérose. En effet, dans le même temps, les médias dominants (presse écrite, télé, radios) se montrent, en ces temps d’incertitudes économiques, assez frileux face aux nouveautés et misent davantage sur le clinquant et le rentable : la sulfureuse Madonna et les Rolling Stones, valeurs sûres du rock, sont préférés aux jeunes pousses ou aux artistes plus audacieux.

C’est dans ce paysage en mutation que naissent les Inrockuptibles. Fort d’une modeste expérience du journalisme (en radio libre sur Canal Versailles Steréo ou en stage d’été à Libération, ce qui est utile pour acquérir les rudiments nécessaires à la fabrication d’un journal), C. Fevret, accompagné de quelques comparses peut se lancer.

Pas de MP3, le CD démarre tout juste sa carrière ; pas d’internet mais une grosse boîte beige qu’on appelle un minitel ; une 4ème chaine de télé payante encore toute jeune – Canal Plus nait en 1984 – et aucun tunnel sous la Manche pour favoriser les circulations musicales venues d’Angleterre. Le pari est-il pour autant mal engagé ? Rien n’est moins sûr car dans le contexte présent, il n’y a pas que des freins. Ainsi, Jack Lang, dont le ministère de la culture est doté depuis 1982 d’un budget qui dépasse les 1% des fonds alloués à l’ensemble des dépenses de l’Etat décrète-t-il tous les 21 juin à partir de cette même année « fête de la musique ». Une partie de sa politique consiste, en outre, à élargir son champ d’intervention en direction des arts jusque là qualifiés de mineurs : parmi eux la chanson française ou encore le rock.

Lorsqu’en mars 1986, Christian Fevret, Arnaud Deverre, Bruno Gaston et Serge Kaganski élaborent les premières pages du numéro 1 des Inrockuptibles, la table lumineuse n’est pas leur seul appui. Ils disposent, comme on le voit, d’une assise qui permet à leurs envies, leurs aspirations, leurs projets – mettre en avant les groupes de rock qui les fascinent, penser et proposer une autre façon de parler du rock dans la presse française – d’être envisageables. 4 numéros plus tard, les exemplaires des Inrockuptibles livrés en scooter dans quelques kiosques et disquaires parisiens et financés par les grands-mères des étudiants sont distribués par les NMPP, signe que le projet avance. En 1990, alors que la revue paraît désormais tous les deux mois, elle possède une vraie structure éditoriale : un siège, rue d’Alésia, une maison d’édition contrôlée par les fondateurs du magazine, les Éditions Indépendantes[4]. Des 3000 exemplaires tirés en mars 1986, on est passé à 78 000 unités. L’équipe de rédaction s’est renforcée (une de premières recrues qui imprime sa marque anglophile au magazine étant J.-D. Beauvallet qui intègre l’équipe au n°5) et les formes d’écriture, originellement limitées aux Interviews et chroniques de disques se sont enrichies et diversifiées.

Les Inrockuptibles se sont taillé une place au soleil, ont investi leur terrain de jeu, celui d’une pop anglaise pointue et indépendante, vers laquelle on se tourne avec empathie pour réaliser des entretiens intimistes, sérieux et cérébraux. Les chiffres de vente de leurs concurrents directs Best et Rock n’ Folk[5] suivent la courbe inverse des leurs. Serge Kaganski ajoute un important volet cinématographique. Les cahiers du cinéma ont toujours constitué une référence des fondateurs de la revue, et dès les premiers numéros Lynch et Jarmush ont les honneurs du magazine. Il acquiert aussi une maquette stable signée Michel Amzallag. Elle sert d’écrin aux photos noir et blanc d’Eric Mulet et Renaud Montfourny, les deux photographes attitrés du magazine dont les partis pris de prises de vue – in situ plutôt qu’en studio ou issues de campagnes promotionnelles – entrent en cohérence avec le projet éditorial et s’opposent aux choix de la presse rock institutionnelle. Produit de trentenaires, les Inrockuptibles ont à ce moment là, un lectorat essentiellement lycéen, étudiant et provincial au ¾.[6] La success story fascine autant qu’elle surprend. On la chronique dans la presse, on en prend acte, on attend la suite.

Entracte

331755530

Décembre 1994 : la parution des Inrockuptibles est suspendue pour 3 mois. La mue du magazine est en cours. Un papillon neuf sort de sa chrysalide en mars 1995[7]. L’ancienne revue, publiée au rythme mensuel depuis 1992, fait son aggiornamento. Dans la forme tout d’abord : remaquétée par Claude Maggiori[8], les couleurs sont désormais plus présentes. Elles rythment la mise en page – chaque rubrique en possède une – et s’appliquent aux photos intérieures. Les grandes séquences ne sont plus classées en Interviews & chroniques mais en musique[9], cinéma, livres etc… Les formes d’écriture y varient considérablement : les longs entretiens accompagnés des photos de Mulet ou Montfourny constituent toujours l’ossature de la revue. Serge Kaganski, membre historique de la rédaction qui s’apprête à prendre en main les pages cinéma de la nouvelle formule dit qu’elle :

« … garde en son ADN des traces vivaces de ses espoirs et de son esprit originels, qu’on le nomme irrévérence, goût de la nouveauté et du mouvement, cœur rock esprit pop… »[10]

S’y ajoutent, entre autres, les billets d’humeur d’A. Viviant, un courrier des lecteurs (baptisé Ping-Pong), des pages de brèves etc. Diffusée à 40 000 exemplaires, la nouvelle formule s’écoule dans les 1ers mois à 20 000 unités en moyenne en kiosque et compte 17 000 abonnés[11]. D’une centaine de pages, on passe à quelques 80 pages largement entrecoupées d’encarts publicitaires. L’équipe de rédaction est renforcée, doublée en nombre, les annonceurs jusqu’alors issus du monde de la musique se diversifient[12] le capital des Éditions Indépendantes toujours contrôlé par la rédaction est abondé : Grasset par son représentant J-C Fasquelle, Agnès B. ainsi que BNP Développement ont versé plusieurs millions de francs dans le nouveau projet.

Les Inrockuptibles nouvelle génération rénovent le fond et la forme. C’est un projet éditorial sensiblement différent de celui pensé il y a presque 10 ans qui unissait la ferveur du fanzine et à l’épure et l’exigence des Cahiers du cinéma. Le regard porte plus vers Télérama – référence isolée dans la presse française au rayon magazine culturel généraliste – mais avec un strabisme divergent prononcé.

Pourquoi changer une formule qui marche ? Pourquoi prendre le risque de déstabiliser son lectorat ? Pourquoi ne pas laisser se poursuivre encore, à son rythme, ce conte de fée de la petite revue musicale rock intransigeante, cérébrale voire austère qui a défendu bec et ongles des artistes alternatifs au mainstream de MTV et du top 50, et popularisé en France les Smiths, Nick Cave, Echo & the Bunnymen et Pulp ? Il serait périlleux et réducteur de n’entendre que le rédacteur en chef et fondateur du magazine pour expliquer cette mue. Un faisceau de raisons entremêlées doit être évoqué.

Mais commençons tout de même le point de vue du fondateur. Christian Fevret, et d’autres acteurs avec lui, parle d’une volonté de ne pas s’enkyster, de ne pas se reposer sur ses lauriers, en quelque sorte. Finalement si le mensuel est relativement jeune, la formule Inrockuptibles dans ses grandes lignes remonte à la fin des années 80. L’équipe est devenue trentenaire, elle se sent peut-être plus légitime à donner son avis, et livrer un regard décomplexé sur le monde. Christian Fevret parle de ce positionnement plus mature quand il affirme que la culture n’est plus un savoir mais une manière d’appréhender le monde. Il décrit ainsi le choix opéré par la rédaction du magazine, non sans discussions passées et à venir, de se colleter au quotidien, ou encore d’être moins spectateurs et plus acteurs, [] que le journal soit moins figé, qu’il y ait plus de débats d’idée, de contradictions voire de polémiques[13].

Avec la maturité vient la légitimité, au moins ressentie, mais aussi une certaine lucidité, peut-être même un certain désenchantement. Lors de son lancement c’est la première cohabitation du premier septennat de François Mitterrand. La naissance des Inrockuptibles s’apparente politiquement, socialement et sociologiquement à un rendez-vous manqué : alors que le fanzine est fabriqué par des étudiants, qui plus est en droit et en économie, qu’il s’adresse aussi à des étudiants, il passe totalement à côté de ce qui mobilise alors une partie conséquente de son lectorat : la réforme des universités proposée par le ministre Alain Devaquet. Or cette réforme marque pour les jeunes qui s’y opposent, milliers de lycéens et d’étudiants qui s’emparent de la rue à l’hiver 1986 pour signifier leurs inquiétudes et mécontentement, une étape, un passage vers le politique même s’il n’est ni unanime, ni univoque[14]. Il se trouve qu’au plus fort de cette protestation, il émane des rues de Paris comme un parfum de guerre d’Algérie. Charles Pasqua, Ministre de l’Intérieur, fait donner du peloton voltigeur de motocyclistes contre les manifestants et contre les passants. Le fantôme de Charonne vient hanter la rue Monsieur le Prince où Malik Oussékine est frappé à mort. La droite au pouvoir est en difficulté face à la jeunesse. Les éditoriaux de L. Pauwels dans le Figaro Magazine qui l’a dite atteinte de  Sida mental  et récrimine les enfants du rock débile, les béats de Coluche et de Renaud, ahuris par les saturnales de Touche pas à mon pote n’arrangent rien[15]. Le parti socialiste est en embuscade pour cueillir les fruits murs de l’épisode. Hors-sujet, trop verts ou pas assez légitimes, les Inrockuptibles ne donnent aucun écho à ces évènements qui touchent pourtant leur génération et leurs lecteurs. François Mitterrand est réélu en 1988. Il doit faire face à une deuxième cohabitation avec une majorité parlementaire et un gouvernement de droite dirigé par Edouard Balladur en mars 1993.

 

2ème génération

 

Rétrospectivement, voici comment Christian Fevret retrace le parcours et le glissement vers le politique des Inrockuptibles en marche vers sa formule hebdomadaire :

« On est des produits de la fin des années 80, de la fin des idéologies. On a vu la gauche de Mitterrand commencer à sentir mauvais. C’était comme une trahison. Il y a toujours eu des clans aux Inrocks : des libertaires pas totalement cramés du bulbe, des sociaux-démocrates… La politique au sens noble du terme nous intéressait, mais comme on se cherchait encore des références, on appliquait à la société le même traitement qu’au rock : on préfère les outsiders, les perdants – même si on ne peut pas qualifier ainsi un penseur aussi fondamental que Pierre Bourdieu. L’exemple le plus célèbre, c’est quand on fait un entretien avec Michel Rocard. »[16]

Ne sautons toutefois pas trop vite les étapes. La mémoire des individus est souvent capricieuse, elle restitue les moments forts – conflits ou épisodes plus heureux – et se mêle souvent à la mémoire collective, reconstruite a posteriori, le cas échéant. Avant l’exemple le plus célèbre qui est dans le n°8 de la formule hebdomadaire[17], le dépouillement des numéros antérieurs montre que le virage est déjà pris et ce pour une raison simple. Le passage à l’hebdomadaire est concomitant de la campagne pour l’élection présidentielle. Par conséquent, à partir du n°5 daté du 12 au 18 avril 1995, Michka Assayas[18], que l’on connaît bien davantage pour ses écrits sur le rock, publie chaque semaine une double page dans laquelle il relate, non sans quelques formules irrévérencieuses, un déplacement de campagne d’un des candidats. Il suit d’abord Philippe de Villiers en Picardie : il qualifie le candidat, de jack lang en sabots et costume folklorique[19] ! Dans le numéro suivant pour cette Tranche de campagne dans laquelle M. Assayas prend le pouls des candidats et de leurs tournées[20], c’est au tour d’E. Balladur, en déplacement à Clermont Ferrand, d’être le centre d’intérêt du journaliste. Là encore, son compte-rendu est décoiffant. Il débute par ces quelques lignes :

« Qu’il voyage en avion ou en autocar, Balladur s’installe toujours à la même place : au 1er rang et seul … Rien ne doit perturber la solitude du roi dont toute l’essence de la dignité est contenue dans la parfaite immobilité.[21] »

Puis Assayas s’attarde sur le directeur de campagne du candidat, un certain Nicolas Sarkozy, dont il perçoit immédiatement la capacité à emballer le rythme de la journée :

« Sarkozy ouvre le meeting et chauffe la salle. Hélas, il suffit que Balladur parle di minutes pour que l’excitation retombe. Les supporters ont beau applaudir, sortir leurs trompes, le candidat est mal à l’aise. … Au bout de trois quarts d’heure c’est fini.[22] »

La suivante, publiée dans le n°7 des Inrockuptibles, suit Lionel Jospin, candidat du Parti Socialiste, en déplacement dans l’Aisne. Bien que livrée en plein entre-deux tours[23], cette nouvelle tranche de campagne s’est déroulée à une semaine du premier scrutin. Le ton est tout autre, ce qui n’est pas forcément pour surprendre le lectorat de l’hebdomadaire dont la sensibilité, comme l’a rappelé Christian Fevret, est ancrée à gauche. Ainsi, M. Assayas note dès le début de son article que :

« Jospin a beau faire campagne il bosse. La  « table de négociation » semble d’ailleurs être son milieu naturel. » [24]

Le portrait fait du candidat est clairement celui d’un héritier de la tradition politique socialiste, proche du monde ouvrier, de ses luttes et soucieux d’en défendre les intérêts :

« Exalté, Jospin tire le « peuple de gauche » par ses  racines : « On oublie qu’il y a une classe ouvrière dans notre pays. Après guerre, être ouvrier c’était difficile. Mais il y avait une conscience de classe, une culture populaire, magnifiée par un grand parti, des intellectuels des peintres, des chanteurs ». … Il est le seul à présenter un plan pour le logement social, à vouloir augmenter les retraites modestes, à vouloir aider les jeunes agriculteurs à s’installer, à défendre l’hôpital public… « le peuple de gauche », heureux, a entendu son évangéliste. »[25]

Cependant l’homme qui est au cœur de l’évolution de la revue, lui donnant une coloration plus politique, sans qu’elle perde son identité musicale et culturelle, n’est pas Michka Assayas, c’est Sylvain Bourmeau. Nantais, il a été étudiant à Sciences Po Paris, et a fréquenté, comme Christian Fevret, les locaux du journal Libération au milieu des années 80. Armé de solides références littéraires, et cinématographiques, il entre aux Inrockuptibles en 1995 avec cette mission d’ouvrir le magazine à des sujets plus politiques ou sociétaux. Fort de son expérience dans les rédactions du Guardian et de The Independant, Sylvain Bourmeau a aussi une solide formation en sciences sociales, en sociologie plus particulièrement. Pour les tous premiers numéros de l’hebdomadaire, et avant de développer de véritables dossiers dans ses domaines de compétence au cours des années suivantes, S. Bourmeau, rédacteur en chef adjoint, participe également au suivi de la campagne électorale. En effet, avec J.-P. Heurtin, il signe trois pages d’entretiens intitulées Misère des électeurs dans le n°6 de la revue.[26] De quoi s’agit-il ? Les deux journalistes ont interrogé

« 6 personnes choisies en fonction de leur intérêt (faible) pour la politique, de leur préférence politique (2 à droite, 1 à l’extrême droite, 2 proches du PS, et une du PC), de leur âge (entre 20 et 35 ans). Les entretiens effectués dans la semaine du 3 au 8 avril à Paris ont été réalisés en face à face et ont duré trente minutes à une heure. [27]»

Corinne, Jérôme, Orlando, Sacha, Stéphane et Valérie s’expriment sur l’élection à venir, dévoilent de façon plus ou moins hésitante ce que devrait être leur vote, ce qui le motive, tout en portant une appréciation globale sur le monde politique, appréciation désabusée pour la plupart d’entre elles/eux. La retranscription est entrecoupée de points de suspension qui montrent les incertitudes des personnes interrogées, les propos conservent à l’écrit leur forme orale – « c’est pas que ça m’emballe » dit, par exemple Stéphane – afin de rester fidèle le plus possible à la forme de l’expression des témoins. La lecture de ses entretiens n’est pas sans rappeler ce que l’on peut lire dans l’ouvrage dirigé par P. Bourdieu en 1993 La misère du monde[28]. D’une part, le titre de l’article de S. Bourmeau et J.-P. Heurtin, est un clin d’œil appuyé à celui de l’essai dirigé par le sociologue béarnais, et d’autre part, Pierre Bourdieu deviendra à dater de l’hiver 1995, un compagnon de route autant qu’une référence intellectuelle de la revue[29]. La dernière page de Misère des électeurs comporte un encart signé Alain Garrigou, professeur en sciences politiques à Pairs X Nanterre, qui décrypte pour les lecteurs des Inrockuptibles la substantifique moelle des entretiens réalisés et en tire les enseignements qui s’imposent. Ses conclusions sonnent comme un outil imparable pour déjouer la  machine à conformisation des sondages :

« Ces électeurs embarrassés pour expliquer et peut être faire leur choix électoral, qui s’avouent souvent peu intéressés par la politique (même en pleine campagne électorale), qui hésitent, coupent leurs phrases, sont-ils les mêmes que ceux dont on aligne les claires opinions dans les pourcentages impeccables des sondages ? …Par contraste on mesure d’un seul coup ce qui sépare les statistiques de réponses précodées du matériau brut des entretiens.

Ils s’y intéressent pourtant assez [à la politique] pour nourrir un entretien, citer des noms, avancer des raisons à leurs choix ou à leurs hésitations, pour faire des calculs […] En même temps, ils expriment spontanément des attentes à l’égard de la politique. […] Ils suivent d’assez près la campagne pour évaluer les chances des candidats et donc estimer l’utilité stratégique de leur propre vote. »[30]

L’ensemble des trois pages fournit à la fois un travail de sociologie qui se veut méthodique et une analyse critique qui opère une déconstruction de la vulgate fabriquée par les médias dominants selon laquelle les électeurs seraient indifférents à la politique, revenus des turpitudes et scandales qui rythment la vie de ce microcosme.

Au n°8, une étape supplémentaire est franchie. Il n’y a plus aucun doute sur la nouvelle nature du magazine qui entend bien investir le débat public et politique. Des longues heures d’entretien données par Michel Rocard à C. Fevret et S. Bourmeau, les Inrockuptibles conservent sept pages dont certaines sont accompagnées de photos de Raymond Depardon. L’ancien adversaire puis premier ministre de F. Mitterrand, auteur de la fameuse phrase sur la misère du monde[31] qui fit les gorges chaudes du monde politico-médiatique, figure, de surcroît, en couverture du magazine. D’après J.-M. Durand[32], celle-ci mettra la rédaction en ébullition. C’est en effet le seul exemple à sa connaissance, de vote à main levée, en conférence de rédaction, pour entériner le choix de la couverture.

A ce stade de l’histoire, le virage est pris. Le jeu des acteurs, leur renouvellement, les contingences économiques et l’effet du temps, qui use la revue et fait vieillir les Inrockuptibles, ont eu raison du mensuel musical et culturel.

Vraiment ? Rien n’est moins sûr. Souvenez-vous ! Où était rangé l’hebdomadaire chez votre marchand de presse … Entre le Point et L’événement du jeudi ? Que nenni. Les Inrockuptibles hebdo sont restés rangés près de Rock n’folk et Best, loin des hebdomadaires à gros tirages de la presse politique. Doit-on en conclure que leur identité de revue musicale n’a jamais été atteinte par leurs nouveaux choix éditoriaux ? Ou est-ce simplement le signe que faute d’une identité saisissable, les marchands de presse ont choisi de conforter les habitudes du lectorat et de laisser la revue, mue opérée, à l’endroit où elle se trouvait ? Difficile de répondre pour le moment, mais quelle que soit le verdict, l’équipe des Inrockuptibles peut se targuer d’avoir inventé un objet de presse aussi inédit qu’inclassable.

[1] Les Inrockuptibles, 25 ans d’insoumission, Paris, Flammarion, 2011, 496 p, p.21.

[2] Jusqu’à l’arrivée de Jean-Daniel Beauvallet en 1987, il n’y a pas de journalistes professionnels aux Inrockuptibles.

[3] A partir de 1982, l’émission des radios sur la bande FM est réglementée par l’attribution de fréquences afin de tenter d’ordonner le foisonnement de radios émettrices.

[4] Les premiers numéros sont publiés sous statut associatif par l’association Intra-Muros dont le siège est localisé au 11 avenue des USA, 78000, Versailles.

[5] A titre indicatif, Rock n’Folk diffuse par mois à 74 026 en 1986, mais seulement à 43244 unités en 1990, source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rock_%26_Folk.

[6] R. Rerolle, Incorruptibles Inrockuptibles, Le Monde Campus, jeudi 10 mai 1990, p17.

[7] Signe de cette remise à zéro du compteur, la numérotation du journal repart au début. Le n°1, daté du 16 au 22 mars 1995 met en couverture Léonard Cohen.

[8] Claude Maggiori, est connu pour avoir réalisé la maquette de Libération dans les années 80.

[9] A l’intérieur de l’hebdomadaire on note qu’il y a une rubrique distincte rock, et une autre rubrique musiques.

[10] Les Inrockuptibles, 25 ans d’insoumission, Paris, Flammarion, 2011, 496 p, p.25.

[11] Le festival des Inrockuptibles, l’hebdomadaire veut élargir ses choix, Le Monde, mardi 7 novembre 1995.

[12] Une double page pour Levis, 3 publicités pour de l’alcool, 3 pages successives pour la Renault Twingo, 3 pour les brownies de Lu dont les visuel affichent des rockeurs, des rappeurs, des fans de métal etc. Dans un entretien avec P. Simon pour la revue Mouvements, S. Bourmeau affirme que la question des recettes publicitaires a pesé dans la mue de la revue. En effet, suite à la loi Evin règlementant la publicité sur le tabac et l’alcool en 1991, les Inrockuptibles avaient perdu une partie importante de leurs annonceurs, ce qui menaçait le fragile équilibre financier du titre.

[13] Christian Fevret : « Les Inrockuptibles sont des défricheurs », Libération, Médias, mardi 14 mars 1995.

[14] Est-il besoin de rappeler ici que nombre de leader du mouvement étudiant anti-Devaquet, comme D. Assouline, sont aujourd’hui investis d’importantes responsabilités politiques.

[15] Cité dans A. Boulay, Louis Pauwels, Figaro-ci, dérapages-là. Le fondateur du Figaro Magazine est mort hier à 76 ans, Libération Médias, 29 janvier 1997.

[16] Christian Fevret raconte ses Inrocks, entretien donné à Vox Populi, 8 mars 2011, http://www.voxpopmag.com/le-magazine/18171-christian-fevret-raconte-ses-inrocks/

[17] Les inrockuptibles, n°8, du 3 au 9 mai 1995.

[18] M. Assayas fut dans les années 80 naissantes journaliste à Rock n’Folk, puis à Libération. Son érudition musicale l’ont conduit à diriger le Dictionnaire du rock, œuvre de référence chez R. Laffont.

[19] Les Inrockuptibles, n°5, du 12 au 18 avril 1995, p 13.

[20] Tranche de campagne est le titre de l’éphémère double page, introduite par cette courte présentation.

[21] Les Inrockuptibles, n°6, du 19 au 25 avril 1995, p 14.

[22] Ibid., p 15

[23] Le 1er tour a lieu le 23 avril et le deuxième le 7 mai 1995.

[24] Les Inrockuptibles, n°7, du 26 au 2 mai 1995, p 14. Le candidat rencontre des représentants syndicaux du site industriel de la Thiérache concerné par un plan social. En outre, un des thèmes de campagne du candidat est l’abaissement de la durée du temps de travail hebdomadaire.

[25] Ibid, p.15.

[26] Les Inrockuptibles, n°6, du 19 au 25 avril 1995, p. 26 à 29.

[27] Ibid., p.26.

[28] Pierre Bourdieu (Dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, 947 p.

[29] A titre d’exemples, P. Bourdieu sera un des animateurs de la mobilisation initiée et relayée par le magazine en faveur des sans-papiers concernés par l’application des lois Pasqua Debré en février 97, il interviendra aussi dans les pages des Inrockuptibles sur le mouvement des chômeurs qui débute fin 1997, et livrera en exclusivité aux Inrockuptibles n°145, daté du 1er au 7 avril 1998, des pages inédites de son livre Contre Feux à paraître dans la collection Raison D’Agir.

[30] Les Inrockuptibles, n°6, du 19 au 25 avril 1995, p. 29.

[31] Cette expression a été utilisée par M. Rocard lors de l’émission Sept sur Sept de tf1 présentée par Anne Sinclair le 14 juillet 1993. Il déclare alors à propos de l’immigration « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter la mieux possible ».

[32] J.-M. Durand, entretien avec l’auteur le 13 mai 2015.