Il revient à ma mémoire des souvenirs familiers

Rachid Taha 1958-2018

Le tout premier. Aulnay, la rose des vents. Les débuts dans l’enseignement. Des garnements.

La fête de fin d’année des troisièmes, Houda, la plus brillante. La joie, le partage. On danse sur Aïcha et Ya Rayah.

Le suivant. La tristesse et la rage. Reza, la madonne de Bentalha, la plaine de la Mitidja, le FIS, les assassinats. Le raï partout.

Le troisième. Bercy, un soir d’automne. Sortir du métro. Croiser des élèves. 1,2,3 soleils. Chaleur, ferveur. Aïcha et Ya Rayah encore.

Le boulot. La CNHI*, puis MNHI*. La frise chrono dans les escaliers du musée. Le visage de Rachid Taha sur le mur, entrée dans l’histoire.

Encore l’histoire. L’enseigner. En faire un DVD. Les Minguettes. Les ghettos. Les rodéos. Mitterrand président, Le Pen, Le FN, la haine. La Marche. Habib, dans le train Bordeaux-Vintimille. La Carte de séjour. Carte de Séjour. Douce France, cher pays de mon enfance. Comprendre, chercher, articuler. Autres élèves, autres sensibilités, même intérêt, identités multiples et partagées. La fabrique scolaire de l’histoire, volume deux, en témoigner.

L’histoire. Du rock et des Inrocks. Mes archives. L’hebdo, années 96-97. Algérie. Guerre civile. 3 soleils. Soutien aux journalistes, aux intellectuels. Relire tout cela 20 ans plus tard.

Tout récent, l’année scolaire presque terminée. Dernier chapitre de l’année. Hommes et femmes dans la société française des années 80. Carte de séjour. Douce France. 1986, l’année Oussekine. Re-écouter. Re-visionner. Récit daté d’une histoire de l’immigration. De quoi penser.

Le dernier. Ce matin.  Les délires de la droite et de l’extrême-droite sur l’enseignement de l’arabe à l’école. Un SMS, Rachid Taha est mort. Non. Le son de sa voix, l’irrévérence de ses choix, inclassable, incontrôlable, qu’il dise l’exil, rock la casbah, voilà voilà. C’est bien plus que ça. La disparition d’un contrepoison.

Nos musiques, nos mémoires, nos histoires, nos trajectoires.

Rachid Taha  (1958 – 2018)

 

*Cité Nationale de l’Histoire de l’immigration devenue Musée National de l’Histoire de l’Immigration


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.