Les mémoires vives des Inrockuptibles

En février 1994, le mensuel Les Inrockuptibles ouvre chacun de ses numéros par une rubrique de courts articles nommée Popus  qui mobilise une large partie de la rédaction chargée de prospecter sur ce qui fera très bientôt l’actualité culturelle : tournages, sessions d’enregistrements d’albums, premières pages de roman, avant-premières de films etc. Serge Kaganski, spécialiste du cinéma, tout particulièrement américain, a eu la possibilité de voir le nouveau film de S. Spielberg. Outre la réputation du cinéaste, cette œuvre de plus de trois heures est attendue au tournant en raison de son sujet – un industriel allemand appartenant au parti nazi sauve des Juifs de l’extermination durant le deuxième conflit mondial – et de ses conditions de tournage. S. Kaganski débute son texte par un court questionnement :

Comment parler delà Shoah, comment la filmer, peut-on même la mettre en fiction ? Comment transmettre la mémoire de ce gouffre du XX siècle ? Comment aborder cet immense point d’interrogation de la conscience des hommes à travers une œuvre « artistique » ?[1]

Puis, pour ce qui concerne la réalisation, il rappelle que S. Spielberg a émis le souhait de tourner à Auschwitz même, il a aussi casté les acteurs, requérant un « profil sémite ». Dans ces conditions, la sortie du film fébrilement attendue, Spielberg n’est-il pas aussi le réalisateur de Jurassic Park, grand pourvoyeur de spectacles prisés pour leur débauche d’effets spéciaux et d’innovations technologiques. Pourtant Serge Kaganski l’affirme sans détour, le film est une vraie réussite :

On était donc inquiet, prêt à défourailler. Après les trois heures et demie de projection, on rengaine vite. [] Spielberg a probablement atteint le « degré de vraisemblance maximal » pour une fiction « réaliste »[] A coté de cette retenue et de cette dureté le cinéaste confond par son talent à mêler petite te grande histoire, à filmer les destinées individuelles et le destin collectif[2].

Mais ce n’est pas le satisfecit délivré par le critique de cinéma qui nous intéresse ici. C’est bien plus la façon dont il introduit à la fin de son billet, les enjeux mémoriels autour de la dernière fiction de S. Spielberg.

 « La liste de Schindler » pourrait bien relayer la mémoire, sensibiliser des millions de personnes à cette réalité fondamentale de l’histoire humaine, en amener quelques uns à découvrir Resnais, Lanzmann ou Primo Levi. Après Auschwitz, le monde entier se disait « plus jamais ça ». Les résurgences xénophobes, la situation en Bosnie répondent « si encore ». Sans banaliser la spécificité inaltérable de l’Holocauste, force est de constater que notre monde surinformé a beau savoir, il est toujours aussi lent et impuissant à enrayer la barbarie. Pourtant le film de Spielberg participe d’un travail d’information et de mémoire qui, même sans illusion, demeure plus que jamais nécessaire.[3]  

Le dernier quart du XX siècle voit l’émergence d’un fait social qui affecte le monde des politiques – leurs discours, leurs pratiques, leurs positionnements – questionne les sciences sociales et l’historien.ne : il s’agit du « phénomène mémoriel »[4]. Il agite tout ou partie du corps social, se manifeste par une inflation des commémorations. La sphère savante en étudie les lieux[5] ou les impasses[6] ; l’école institutionnalise encore plus sa présence. Ainsi, le sujet de l’épreuve de philosophie du baccalauréat porte-t-il en 1993 sur le « devoir de mémoire ». Sébastien Ledoux a listé l’inflation des usages du mot « mémoire »[7] dans l’espace public signe de l’ampleur du phénomène : « lieux de mémoire », « chemins de la mémoire », « politique de mémoire », « ministère de la mémoire », « défense de la mémoire », « procès de la mémoire », « assassins de la mémoire » et enfin « devoir de mémoire ».

Le phénomène mémoriel est assez paradoxal. S’il envahit parfois le débat public jusqu’à le saturer, il permet aussi de faire resurgir des mémoires englouties, cachées car souvent douloureuses pour les acteurs concernés. Lorsqu’à la faveur d’évènements particuliers ces problématiques paraissent, elles génèrent de vifs débats. Séparément ou conjointement l’expression des politiques, des médias, des chercheurs, de la justice ou des acteurs sociaux agit comme une caisse de résonnance.

Le phénomène mémoriel se concentre sur quelques sujets qui ont quelquefois à voir avec une histoire nationale (régime de Vichy et politique de collaboration avec le régime nazi, colonisation et guerre d’indépendance algérienne) mais peuvent aussi avoir une plus large portée (extermination des Juifs durant la seconde guerre mondiale, reconnaissance des génocides du XX siècle, par exemple).

L’actualité des années 90 permet d’interroger l’histoire et le passé à nouveaux frais. Après le procès de Klaus Barbie en 1987, les français suivent celui de Paul Touvier, chef de la milice lyonnaise sous l’occupation. Accusé de complicité de crime contre l’humanité, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en avril 1994. En septembre, c’est le passé de F. Mitterrand durant la Seconde Guerre Mondiale qui fait les gorges chaudes de l’actualité[8], alors que paraît le livre d’H. Rousso et E. Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas[9]. L’année suivante, Jacques Chirac, récemment élu président de la République, reconnaît lors des commémorations de la rafle du Vel’ d’Hiv’ la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs durant la seconde guerre mondiale. On peut enfin ajouter à cet aperçu non exhaustif, l’ouverture en octobre 1997 du procès de M. Papon, secrétaire général de la préfecture de Gironde durant la guerre. A cette occasion, une autre mémoire s’avive pour surgir de façon inattendue dans le prétoire : c’est celle de la guerre d’indépendance algérienne évoquée par J.-L. Einaudi. Lors du procès il intervient pour rappeler l’épisode meurtrier de la manifestation des algériens de France du 17 octobre 1961 alors que M. Papon est Préfet de la Seine. Ces trois épisodes judiciaires présentent la particularité d’être filmés[10] : les français via leur télévision ont accès aux débats, entendent les victimes, voient les visages des bourreaux.

L’histoire coloniale est une des autres questions sensibles pour différentes raisons. Tout d’abord, depuis le début de la décennie l’Algérie est ensanglantée par une guerre civile menée par les islamistes du F.I.S.[11] et du G.I.A.[12]. Elle touche l’ancienne puissance coloniale puisque deux attentats dans les stations du RER St Michel puis Port Royal ont lieu respectivement en 1995 et 1996. A ce contexte de violences aveugles sur les deux rives de la Méditerranée s’ajoute ce qu’on appelle communément « la montée du Front National » en France. Le parti d’extrême droite peut alors se prévaloir de ses victoires électorales à Orange, Marignane et Toulon lors des élections municipales de juin 1995. Faisant campagne sur les thèmes amalgamés de l’insécurité, des banlieues en perdition et de l’immigration, le Front National a aussi à sa tête un homme dont le comportement de tortionnaire durant la guerre d’indépendance algérienne est un secret de polichinelle.

Rappelons enfin que la décennie 90 est celle de l’extermination des Tutsis du Rwanda, et de la guerre civile en ex-Yougoslavie : le fait génocidaire refait donc surface avec une terrible acuité de Kigali à Srebrenica. Dans un cas comme dans l’autre, l’histoire des crimes de masse se rappelle à la mémoire des français.

Mémoires de Vichy, mémoires de la guerre d’indépendance algérienne, mémoires de la Shoah secouent la décennie. Et c’est bien ce terme de « Shoah » qui nous ramène vers notre sujet. Sur les chemins de la mémoire empruntés par les Inrockuptibles une des pièces de choix proposées par l’hebdomadaire à ses lecteurs est un entretien fleuve avec Claude Lanzmann[13], réalisateur du documentaire Shoah, à l’occasion de sa rediffusion par la télévision française au début de l’année 1998.

Le mensuel et, par la suite, l’hebdomadaire culturel, se saisit des questions mémorielles non pour promouvoir un nécessaire « devoir de mémoire » mais plutôt pour proposer un regard décentré passant par les productions artistiques. L’idée est d’autant plus pertinente que certaines créations mentionnées par les Inrockuptibles sont au cœur des débats sur la construction et la reconfiguration des mémoires collectives et individuelles. C’est le cas du film de S. Spielberg, La liste de Schindler sorti en 1993. Surfant sur l’actualité et profitant de l’élargissement des rubriques qui rythment leurs pages, Les Inrockuptibles entreprennent, sur un temps relativement court, une véritable exploration des circulations et confrontations entre histoire, mémoires, arts et actualités aussi bien télévisuelles que politiques.

Les pièces du dossier 

Elles sont généralement conformes à ce que nous appelons la grammaire des Inrockuptibles à savoir de très longs entretiens. À l’intérieur des bornes chronologiques qui sont les nôtres, nous en avons relevé cinq dans notre échantillon[14]. En voici une présentation chronologique sommaire :

  • Dans le numéro 62, hiver 1994, p. 90 à 95, on trouve un entretien avec Marcel Ophuls à propos de son documentaire Veillées d’armes  sur Sarajevo mené par S. Blumenfeld et C. Fevret. L’entretien est paradoxalement centré sur l’autre documentaire réalisé en 1969 par M. Ophuls Le chagrin et la pitié, longtemps interdit d’antenne car évoquant de façon trop appuyée la collaboration de la France avec le régime hitlérien. Le travail d’Ophuls sur la Yougoslavie est présenté comme un outil de dialogue entre différentes temporalités : celle du passé, du présent et du futur.
  • Dans le numéro 7 du 26 avril au 2 mai 1995, p. 32 à 35 est publié un entretien avec Pierre Vidal-Naquet pour la sortie de La brisure et l’attente, tome 1 de ses mémoires, réalisé par Anne Simonin. Il y évoque la douleur née de la déportation et de l’extermination de ses parents, épisode traumatique qui joue ensuite un rôle fondateur dans ses choix professionnels[15]. L’historien évoque aussi son métier dans ses aspects méthodologiques et ses objets de recherche.
  • Dans le numéro 122 du 15 au 21 octobre 1998, p. 32 à 35, Marcel Ophuls accorde un nouvel entretien n à C. Fevret et J.-M. Durand sur son documentaire Le chagrin et la pitié. Il est encore une fois question du passé vichyste de la France, occulté jusqu’au plus hautes sphères de l’état. Ophuls se montre particulièrement mordant vis à vis de la communauté historienne qu’il juge complice de l’omerta sur cette période.
  • Dans le numéro 132 (numéro double) du 24 décembre 1997 au 6 janvier 1998, p. 40 à 45, on lit Traces de poudre, dialogue entre R. Vautier, cinéaste documentariste et B. Stora, historien, orchestré par B. Cantat[16] et C. Févret. Les deux hommes conversent essentiellement sur la guerre d’indépendance algérienne et sur les lentes levées des silences qui ont accompagné son traitement historique : torture, amnistie, mémoires et mises en images sont tour à tour évoqués.
  • Enfin dans les numéros 136 du 28 janvier au 3 février 1998, P. 14 à 21 et 137 du 4 au 10 février 1998, p. 36 à 41, C. Lanzmann est le Témoin de l’immémorial, dans un entretien octroyé à S. Kaganski et F. Bonnaud. Le premier publié porte exclusivement sur son documentaire Shoah – sa portée, sa place dans l’Histoire, ses conditions de réalisation. Le deuxième retrace plutôt le parcours intellectuel de Lanzmann dans le siècle (compagnon de Sartre et de de Beauvoir) et évoque quelques questions d’actualité.

Les différentes pièces couvrent un temps assez resserré qui, si l’on écarte le bref article de S. Kaganski sur Schindler, court de fin 1994 à mai 1995 puis celui de l’hiver 1997-1998 et de la fin de l’année 1998. Sous leur forme publiée, ils occupent entre trois et cinq pages du magazine. Un seul l’est dans la formule mensuelle, les 4 autres le sont dans l’hebdomadaire qui débute en mars 1995. Ce serait anodin si cela n’attestait d’une volonté de préserver l’ADN[17] de la revue, en dépit des évolutions qui la traversent à ce moment précis – entre l’année 1994 et mars 1995 – et qui concernent aussi bien les contenus éditoriaux (autres musiques, théâtre, expositions, actualité politique et sociale) que la périodicité de publication. L’entretien avec Claude Lanzmann est autrement exceptionnel. Publié sur deux numéros successifs[18] il se déploie sur 12 pages (7 pour la première partie, 5 pour la deuxième).

Conformément à cette même grammaire, les entretiens peuvent être menés par des journalistes de la rédaction, seuls ou à plusieurs. Ici, ce sont des membres éminents qui sont aux manettes : Christian Fevret (fondateur et rédacteur en chef des Inrockuptibles), Sylvain Bourmeau et Serge Kaganski, tous deux rédacteurs en chef adjoints. Sont également de la partie J.-M. Durand, membre de l’équipe historique du magazine, qui prend en charge les sujets sur la télévision et les médias dans l’hebdomadaire, mais aussi S. Blumenfeld (assistant de S. Kaganski pour les pages cinéma) et F. Bonnaud qui, au sein de la rédaction, a le statut de reporter. Parfois, ce sont directement les interviewés qui dialoguent sans intervention visible, dans ce qui est restitué au lectorat, des journalistes. Il est alors loisible de croiser les regards – artistiques et savants – afin de décentrer les analyses. Il est à noter que dans notre corpus l’entretien réalisé avec Pierre Vidal-Naquet présente la particularité d’être mené par une personne extérieure à la fois à la rédaction et à la sphère artistique ; c’est l’historienne Anne Simonin[19] qui questionne ce grand témoin qu’elle qualifie de conscience[20].

Fièvre mémorielle aux Inrockuptibles ?

Les Inrockuptibles seraient-ils à leur tour victimes de la fièvre mémorielle qui affecte la société française en cette fin de siècle, s’abreuvant, dans leur nouveau rythme de publication, à ce qui scande l’actualité et imprègne l’air du temps. C’est une explication qu’on ne peut balayer d’un revers de la main puisque certaines plumes de l’hebdomadaire font état de cette inflation. Serge Kaganski et Frédéric Bonnaud pour introduire leur conversation avec Claude Lanzmann rappelle que nous sommes :

À l’heure où le devoir de mémoire s’institutionnalise, et parfois se fige – dans la solennité monumentale (voir le musée de Washington, les archives de Spielberg etc), au moment où les débats d’historiens rebondissent de plus belle (livres de J. Goldhagen, de R. Klüger) dans une époque de grande confusion où se mélangent procès Papon et procès Garaudy, déclarations de repentance et provocations de Jean Marie LePen, montée du Front National et effritement des tabous, antisionisme et antisémitisme.[21]

Cela ne disqualifie pas pour autant d’autres hypothèses. Que nous dit cette série d’entretiens sur les choix et les évolutions éditoriales de la revue ? Que peut-elle nous apprendre sur le positionnement du magazine dans le champ médiatique ?

Rappelons tout d’abord qu’en tant que mensuel puis hebdomadaire culturel, Les Inrockuptibles ont toute légitimité pour ouvrir leurs pages à des réalisateurs aussi importants que Marcel Ophuls, Claude Lanzmann ou René Vautier. Tous ont produit des œuvres marquantes de part leur durée, leurs inscription dans l’histoire, ou les enjeux politiques qu’elles sous-tendent voire dévoilent. Leur matière première constituée de témoignages ou de prises de vues difficiles a rendu le tournage, le montage, l’accès aux sources particulièrement intéressants à connaître. Il y a donc un intérêt à les questionner sur ces différents aspects de leur travail, ce que les entretiens n’éludent aucunement. Ainsi Lanzmann est-il « mis sur le grill » par ses interlocuteurs à propos de la façon dont il a obtenu le témoignage d’Abraham Bomba[22] dans Shoah :

Les Inrockuptibles : Par rapport aux témoins des sonderkomandos, saviez vous dès le début que vous devriez leur extirper la parole, jusqu’au point de les « brutaliser », en les forçant à raconter par delà la douleur de leurs souvenirs atroces ?

Lanzmann : Je ne considère pas que je les ai brutalisés. Shoah, c’est aussi une désacralisation. D’ordinaire les gens adoptent une attitude de mauvaise piété face à la douleur des survivants. Si un rescapé commence à pleurer on se dit « chut, n’allons pas plus loin, respectons sa douleur ». Moi non, je continue. Je ne voulais surtout pas le silence. Shoah est un film qui restitue la parole, qui désacralise mais resacralise à un autre niveau, beaucoup plus profond : un niveau de vérité.

A la fin de la séquence sur le salon de coiffure A. Bomba se brise… Mais je lui dit que malgré la difficulté, il doit continuer, nous devons faire cette scène. Il avait accepté auparavant, nous avions eu une longue relation avant de tourner, je ne l’ai pas entrainé dans le salon de coiffure contre son gré. C’est lui qui a trouvé le salon, et même son client. Et s’il lui avait coupé les cheveux en temps réel, c’est à dire dans tout le temps que dure la scène, le client aurait été complètement tondu. Bomba se sert de ses ciseaux mais en même temps il « joue », il devient acteur de son propre rôle. C’est un homme prodigieux.

L’interview permet au lecteur d’entrer dans l’atelier du documentariste et de percer ses intentions. Les aspects techniques sont également évoqués, éclairant à la fois les caractéristiques du processus génocidaire (la disparition des traces), l’usage qu’en font les négationnistes (Lanzmann mentionne R. Garaudy) et la démarche historienne élaborée par le réalisateur :

Les Inrockuptibles : Comment vous triez, vous sélectionnez dans vos 300 heures de film ?
C. Lanzmann : Ce film est construit à partir du rien, à partir de l’absence de traces…Garaudy a paraît-il invoqué mes propos pour sa défense au cours de ce procès. Le film est fondé sur la corroboration. Il y a corroboration mais personne ne rencontre personne, c’est le montage qui fait cela.

Les trois cinéastes-documentaristes sont des artistes situés dans des réseaux intellectuels, artistiques et/ou militants. Pour deux d’entre eux cela a affecté leur travail (censure, marginalisation professionnelle) mais aussi la portée de leurs travaux (Avoir 20 ans dans les Aurès a été récompensé du prix de la critique internationale à Cannes en 1972). La série d’entretiens trouve ainsi une unité éditoriale et forme une sorte de feuilleton à publication irrégulière qui prend progressivement la forme d’un dossier.

Un autre problématique relie ces différentes interviews. Elle concerne la démarche, l’intentionnalité supposée de la rédaction : on pourrait la présenter comme une volonté de livrer aux lecteurs différents points de vue plutôt qu’une analyse, de susciter le débat, la confrontation, de croiser les regards ou les expertises. On peut revenir ici sur ce qui disaient les deux journalistes en introduction de l’entretien avec C. Lanzmann : le présent désoriente, il faut trouver des outils pour y voir clair. En les diversifiant, on peut gagner en compréhension et exercer sa propre capacité d’analyse. Ainsi, il serait plus profitable pour le lecteur de pouvoir confronter ce que dit l’historien Benjamin Stora de la guerre d’indépendance algérienne et sa visibilité dans l’espace public à ce qu’en dit René Vautier. Marcel Ophuls, quant à lui, vilipende les historiens et accorde aux documentaristes le courage d’avoir dévoilé des faits occultés. Lanzmann inscrit son travail dans l’Histoire, Shoah n’est pas un récit historique c’est une élément constitutif de l’événement. P. Vidal-Naquet apporte des réponses sur les différences entre histoire et mémoire, sur ce qu’est la pratique historienne enrichie de l’apport d’autres sciences sociales[23]. Il y a ici toute une réflexion qui s’articule et s’amplifie sur les façons d’écrire l’histoire, d’en faire circuler, ou d’en vulgariser les savoirs. Il peut y avoir comparaison, conflit ou alliance, mais il s’agit bien de débusquer dans les différents points de vue recueillis, différentes formes d’écritures, d’en circonscrire le.s processus, d’en identifier les impasses ou les limites y compris dans la compréhension du présent et la construction du futur, dans le but de délivrer une pensée savante plus accessible.

Ce faisant, le journal façonne « sa » figure de l’intellectuel engagé ce qui lui permet de préciser son positionnement médiatique et politique. Les plumes des Inrockupitbles le disent souvent, elles goûtent l’écrit plus que ce qui se diffuse par les images. En ouvrant ses pages à Lanzmann, Vidal-Naquet ou Vautier, le magazine prend ses distances avec de la figure de « l’intellectuel médiatique » – davantage prisée par la télévision, et la presse magazine hebdomadaire à généraliste de l’Express à L’Événement du Jeudi – pour se consacrer à des penseurs qui s’exposent moins, ou qui s’inscrivent dans d’autres réseaux intellectuels (C. Lanzmann dans le sillage de Sartre et de Beauvoir, par exemple).

Il y aurait, éventuellement un autre bénéfice à l’insertion de ses denses entretiens réalisés avec des penseurs de différentes disciplines, ouverts aux décloisonnements et au dialogue. Les Inrockuptibles pratiquent un traitement cérébral de la musique populaire ; en d’autres termes, leur style d’interview inspiré des Cahiers du cinéma, leur recours aux références, le ton toujours sérieux de leurs pages fait du rock un sujet traité avec la même rigueur qu’un objet de la culture académique ou savante. Après avoir élevé les musiques populaires au rang d’art sérieux et respectable – le même traitement est progressivement appliqué au rap, notamment par Laure Narlian avec force référencements historiques et mise en contexte politique, et aux musiques du monde – la place faite aux intellectuels dans les pages du magazine doit s’entendre comme une démonstration de maturité et de légitimité. Ce faisant, les Inrockuptibles opèrent un repositionnement dans le paysage de la presse magazine française. En croisant musiques, cinéma, littérature, politique, faits de société et actualité, la rédaction met sur le marché un objet hybride et multipositionnel dans le champ médiatique[24]. Et c’est justement cet intellectualisation des sujets traités qui permet à la rédaction des Inrockuptibles de se distinguer des talks shows télévisés où le monde du spectacle se mêle à celui du politique dans un style qui relève bien plus du divertissement entrecoupé de courtes chroniques.

Sur les chemins de la mémoire, on voit évoluer l’identité éditoriale des Inrockuptibles au milieu des années 90 même si l’ADN musical et cinématographique est toujours présent. Il y a d’autres séquences qui illustrent ce virage, l’une d’entre elles, peut-être la plus impressionnante, concerne la mobilisation en faveur des sans-papiers et contre les lois dites « Pasqua-Debré » dont j’aimerais faire prochainement un billet. Quoiqu’il en soit, ces « dossiers » de la deuxième moitié des années 90 affectent aussi ma problématique de recherche, centrée initialement sur la musique et l’influence des Inrockuptibles sur le paysage pop-rock des vingt dernières années du siècle passé. Or, dans la mesure où rock et questions sociales se mêlent, ou cinéma et politique dialoguent et s’affrontent dans les pages du magazine, il semble difficile de ne pas intégrer cet aspect des choses dans le sujet. L’articulation est encore incertaine. De nouveaux questionnements pavent mon chemin comme l’histoire et la mémoire ont pavé celui des Inrocks entre 1994 et 1998, le temps de quelques détours et bifurcations.

[1] Serge Kaganski, Les Inrockuptibles, n° 53, février 1994, p. 7.

[2] Ibid.

[3] Serge Kaganski, Les Inrockuptibles, n° 53, février 1994, p. 7.

[4] « Différentes pratiques sociales, de leur forme et de leur contenu, ayant pour objet ou pour effet, explicitement ou non, la représenta­tion du passé et l’entretien de son souvenir, soit au sein d’un groupe donné, soit au sein de la société toute entière ». H. Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990 cité dans S. Ledoux, Écrire une histoire du « devoir de mémoire , Le Débat 2012/3 (n° 170), p 183.

[5] P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

[6] B. Stora, T. Leclère, La guerre des mémoires, Paris, L’aube, 2011.

[7] S. Ledoux, Écrire une histoire du « devoir de mémoire », Le Débat 2012/3 (n° 170), p 177.

[8] Suite à la publication de P. Péan, Une jeunesse française, Paris, Fayard, 1994.

[9] Henry Rousso et Éric Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Le Seuil, rééd. «Points», 1996.

[10] La loi Badinter sur la constitution d’archives audiovisuelles de la justice est promulguée le 11 juillet 1985. Elle permet l’enregistrement audiovisuel ou sonore de l’intégralité des débats à partir de points fixes dans la salle d’audience « lorsque cet enregistrement présente un intérêt pour la constitution d’archives historiques de la justice.

[11] F.I.S. : Front Islamique du Salut organisation politique qui remporta deux succès électoraux aux élections locales et législatives algériennes de juin 1990 et décembre 1991. Le processus électoral est alors interrompu et le parti dissous par le pouvoir algérien en place.

[12] G.I.A. : Groupe Islamique Armé qui accroit ses activités terroristes en Algérie et en France après la dissolution du F.I.S.

[13] S. Kaganski, F. Bonnaud, Témoin de l’immémorial, Les Inrockuptibles n°136, du 28 janvier au 3 février 1998, p 14 à 21 et Les Inrockuptibles n°137, du 4 au 10 février 1998, p 36 à 41.

[14] L’échantillon est constitué des numéros de la revue de mars 1986 à décembre 1988, puis des années 1994-1995 et des numéros de 1997-1998.

[15] Dans cet entretien p 34, P. Vidal-Naquet explique qu’il s’est essayé d’abord à écrire de la poésie et du théâtre. Il voulait notamment écrire une pièce sur l’attente du retour de ses parents déportés mais son cousin l’en dissuade car, explique l’historien, « l’attente ce n’est pas un sujet de tragédie ». J’ai donc tout jeté et c’est après cet essai que j’ai opté pour l’histoire. Je ne pouvais peut être pas écrire une tragédie, mais je pouvais réfléchir sur la tragédie. La fusion de la tragédie et de l’histoire a fait ma vie, mon intérêt pour les Grecs comme la nécessité d’être engagé, d’être acteur d’une certaine façon dans une époque tragique de l’histoire de mon pays.

[16] Le chanteur de Noir Désir est le rédacteur en chef exceptionnel de Les Inrockuptibles n° 132 (double), du 24 décembre 1997 au 6 janvier 1998.

[17] Terme employé par Serge Kaganski dans Les Inrockuptibles, 25 ans d’Insoumission, Paris, Flammarion, 2011, 496 p., p. 25.

[18] S. Kaganski, F. Bonnaud, Témoin de l’immémorial, Les Inrockuptibles n°136, du 28 janvier au 3 février 1998, p 14 à 21 et Les Inrockuptibles n°137, du 4 au 10 février 1998, p 36 à 41.

[19] Anne Simonin a une formation en sciences politiques et a soutenu une thèse d’histoire sous la direction de J.-P. Azéma en 1993, Les Éditions de Minuit 1942-1955 : le devoir d’insoumission.

[20] Les Inrockuptibles n°7, du 26 avril au 2 mai 1995, p. 32.

[21] S. Kaganski, F. Bonnaud, Témoin de l’immémorial, Les Inrockuptibles n°136, du 28 janvier au 3 février 1998, p 14-21, p 14.

[22] Le témoignage d’A. Bomba, ancien « juif du travail » du centre de mise à mort de Treblinka est un des plus saisissants du documentaire car il se déroule dans le décor d’un salon de coiffure, alors que le témoin coupe les cheveux d’un client tout en décrivant comment il coupait à Treblinka les cheveux des Juifs que les nazis s’apprêtaient à tuer juste avant qu’ils n’entrent dans la chambre à gaz.

[23] L’historien cite notamment les apports des travaux de sociologie de P. Bourdieu dans L’illusion biographique ou encore La distinction. Les Inrockuptibles n°7, du 26 avril au 2 mai 1995, p.34.

[24] Merci à Laurence pour son éclairage sur une question que je me dois de fouiller plus avant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *